Interview: budget participatif testé en Belgique

La Ville d’Anvers permet à ses habitantes de déterminer l’utilisation de 1 million d’euros. Le budget participatif est accessible en ligne et hors ligne: cette combinaison permet l’accessibilité au plus grand nombre.

Commune Suisse a publié un article sur ce trajet en collaboration avec Michiel et Bert de Tree company. Découvrez l’article original sur chgemeinden.ch.

Aujourd’hui plus qu’hier, les autorités communales se tournent vers leurs citoyens quand il s’agit de questions de politique locale, d’idées de projets ou d’investissements. Grâce à la numérisation, le processus de participation est plus accessible: les plateformes en ligne permettent de facilement informer et impliquer les citoyennes et citoyens. Pour les citoyennes et citoyens, la participation en ligne est un moyen plus simple d’entrer en contact avec leurs autorités locales, étant donné qu’ils peuvent le faire à tout moment et en tout lieu.

Une plateforme participative permet également d’atteindre un cercle de citoyens plus large qu’avec des évènements hors ligne. Elle permet aussi de créer un processus transparent: le contenu, les règles et le programme des projets sont accessibles à tous les intéressés, dès le début. En outre, les citoyennes et citoyens peuvent proposer de nouvelles idées mais aussi échanger avec les autres personnes impliquées.

Cependant, certains groupes cible sont moins présents sur Internet ou moins familiarisés avec les plateformes en ligne. Ainsi, user de ce type de plateforme avec des évènements hors ligne concomitants permet de favoriser les interactions humaines et de créer plus d’enthousiasme. L’art d’une participation réussie consiste à combiner les forces des deux canaux dans le cadre d’une approche participative globale. Ceci vaut également pour le budget participatif déjà mis en œuvre avec succès à Paris et Madrid.

Le budget participatif est actuellement en phase d’expérimentation en Belgique: c’est dans un processus en quatre phases que la Ville d’Anvers laisse décider ses citoyennes et citoyens de comment seront alloués un peu plus de 1 million d’euros. Dans la première phase, les citoyennes et citoyens ont dû décider quels domaines nécessitaient plus de ressources financières (parc à vélos, aide à la personne âgée, etc.).

Dans une seconde phase, les citoyennes et citoyens ont pu déterminer combien devait être dépensé pour chaque domaine. L’étape suivante a consisté en l’utilisation de la plateforme en ligne «Bpart» de la «Tree Company», sur laquelle les idées ou projets pour chaque domaine ont été présentés. La Tree Company est une entreprise belge spécialisée dans la participation en ligne et l’information aux citoyens. En Suisse, elle travaille avec Politools, entreprise ayant son siège à Berne et qui gère la plateforme en ligne d’aide au vote «smartvote».

La dernière phase a consisté en l’évaluation de la faisabilité des idées par les autorités locales: pour des motifs de transparence, une liste de conditions avait été créée au début du processus.

A la fin, les citoyennes et citoyens ont été appelés à voter en ligne ou hors ligne pour leurs projets favoris lors d’un «Festival du budget participatif». Les projets définitifs, recevant un soutien en 2019, ont été sélectionnés sur la base des résultats du vote.